Secrets de Paris : Le Palais Royal

Aujourd’hui une nouvelle catégorie d’article sur le blog, les petits secrets de Paris!

Depuis quelques semaines je me suis découvert une nouvelle passion, découvrir les anecdotes et l’histoires de Paris et de ses rues. J’ai déjà lu beaucoup de choses, et j’ai noté pascal de choses dans un petit carnet, en fonction des balades avec les kids je sors mon carnet et hop je fais le guide!

Il y a quelques jours nous sommes passés au Jardin du Palais Royal, un de mes lieux favoris à Paris, et nous avons redécouvert des choses que l’on ne soupçonnait pas!

Du coup, je ferais régulièrement des articles ici pour conserver ces petits secrets, si vous venez à Paris ou y vivez j’espère que ça vous plaira, et si vous habitez loin, j’espère que ça vous apprendra des petites choses sur Paris!

J’ai aussi crée une carte spéciale Secrets de Paris sur l’application Mapstr, venez m’y rejoindre, comme ça vous avez une carte interactive des lieux que je présenterais ici 🙂

Sur Instagram, je publierais mes lieux avec le hashtag #parissecretbymoma 🙂

Voici donc quelques secrets sur le Palais Royal et son jardin, lieu emblématique de la ville de Paris construit en 1628.

Le Palais Royal, un joyeux bordel !

Pendant le XVIIIème siècle et jusqu’à la révolution, le palais royal, ancienne demeure du Roi Louis XIV, abritait un véritable havre de plaisirs et de plaisirs clandestins.

Et oui, tout d’abord grâce à son architecture particulière carrée, le palais était à l’abris des regards des rues adjacentes et est en plein coeur de la capitale. D’autre part, pendant longtemps demeure du Roi, la police avait interdiction d’officier dans l’enceinte du Palais. On y trouvait donc des magasins d’ouvrages pornographiques, des boutiques de luxe, des maisons de jeux clandestins, des théâtres mais surtout à l’époque, de nombreux lieux libertins. A la nuit tombée, les filles de joie gagnaient les allées du jardin et retrouvaient de nombreux hommes prêts à succomber à leurs charmes. On y raconte même que c’est ici que le jeune Napoléon perdit sa virginité!

Le passage à l’âge adulte du jeune Napoléon 

La légende raconte que Napoléon aurait perdu sa virginité dans l’enceinte du Palais Royal. Le jeune Napoléon a 18 ans, en 1787, lorsqu’il débarque de sa Corse natale.

Un accent à coupé au couteau, un teint pâle, petit et maigre, il se tourne vers une prostituée du Palais Royal pour son dépucelage. Il écrira de nombreuses choses à propos de Laetitia, dont il tomba éperdument amoureux.

Les feuilles de Tilleul, symbole de la Révolution Française

2 jours avant la prise de la Bastille, Camille Desmoulins, jeune avocat et futur député de la Convention nationale, fait un discours historique dans le Jardin du Palais Royal, devant une foule dense, appelant le peuple à reprendre le pouvoir et invite les Parisiens à prendre les armes pour défendre leurs droits.

En signe de ralliement, on raconte qu’il aurait attraper une feuille de Tilleul et l’aurait placée sur son chapeau. La cocarde verte, est alors devenue le symbole de la Révolution Française de 1789.

Je l’ignorais, mais il y avait d’ailleurs dans le jardin du Palais une statue de Camille Desmoulins en bronze le jour de son discours. Cette statue a été descellée par les Allemands pendant la guerre et le bronze fondu pour la fabrication d’armes.

L’histoire du petit Canon

Avez-vous déjà remarqué ce petit canon en bronze qui trône au centre du Jardin?

Placé ici en 1785 et imaginé par un horloger du quartier, il permettait aux Parisiens de régler leur montre! En effet, le petit canon était conçu de façon très ingénieuse pour l’époque: grâce à une loupe, les rayons du soleil enflammaient chaque jour une mèche à midi précise.

Le véritable petit canon a été volé en 1998, c’est donc une copie que vous pouvez admirer aujourd’hui.

Les illustres habitant du Palais Royal : Jean Cocteau 

Jean Cocteau, poète et écrivain très connu du XXème siècle vécu au numéro 36 de la rue de Montpensier de 1939 à 1963. Il passa la période d’Occupation au Palais Royal, notamment pour se cacher car il vivait alors avec Jean Marais et était souvent molesté en raison de son homosexualité.

Son appartement de 50 mètres carrés qu’il décrivait lui même comme un « long tunnel » était une vraie garçonnière et sa cuisine à été transformée en salon de lecture puisqu’il déjeunait et dinait au restaurant « Grand Vefour » à l’angle de la place, il avait peu d’appétit et disait : « Le vrai écrivain est celui qui écrit mince, musclé. Le reste est graisse ou maigreur. »

Il quitta son appartement du Palais Royal dans les années 60, après y avoir écrit ses plus belles oeuvres. Pour la petite histoire, Jean Cocteau s’est éteint en 1963 quelques heures après avoir appris le décès de sa grande amie Edith Piaf, fragilisé par deux précédentes attaques cardiaques, on raconte que, trop ému, il s’est éteint peu après avoir dit : « C’est le bateau qui achève de couler. C’est ma dernière journée sur cette terre. »

Les illustres habitant du Palais Royal : Colette

Autre très célèbre habitante du Palais Royal, Colette, et proche amie de Jean Cocteau.

Elle vécut deux fois au Palais, tout d’abord de 1927 à 1930 à l’entresol, 9 Rue du Beaujolais, appartement insalubre que son médecin lui conseilla de quitter : « Je trouve que vous avez assez joué dans cette cave. »

Pour autant, dès le début elle aima l’endroit et visait l’appartement plus noble à l’étage supérieur, qu’elle obtint quelques années plus tard, en 1938. Elle profitait des allées du jardin, avait ses habitudes Au Grand Véfour comme Cocteau, et écrivait bien sûr.

Lorsque l’arthrite l’alita définitivement, elle ne quitta plus son appartement, ni son « radeau », son lit, qu’elle avait plaisir à faire déménager dans la pièce pour observer le jardin sous différents angles. Elle fit même retirer de sa fenêtre les boiseries pour mieux voir l’extérieur et obtint l’autorisation spéciale de changer les fameux stores rayés bleus et blancs pour des stores unis bleus, sa couleur préférée.

Elle écrivit de nombreuses lignes sur le palais, et tout l’inspirait, le ciel, les jardins, les enfants qui jouaient, les passants… Au fil des ans, elle devint l’écrivain célèbre que l’on connaît aujourd’hui et sera même surnommée « la Dame du Palais Royal », elle s’éteignit dans son appartement en 1954.

On peut observer aujourd’hui à son balcon, au 95 un C frappé d’un soleil, et une plaque à son nom figure dans le jardin.

Les bancs poèmes

Pour rendre hommage à ces deux célèbres écrivains et amis, on peut désormais déambuler dans les allées Colette et Cocteau, depuis février 2019. A la même date ont été inaugurés 18 bancs poèmes, oeuvres du sculpteur Michel Goulet, rendent hommage au plus belles citations de Colette, Cocteau et 16 autres auteurs ayant pour la plupart vécu au XXe siècle.

A noter : Parité oblige, 9 poètes femmes dont les citations ont été placées dans l’allée Colette et 9 poètes hommes pour l’allée Cocteau 🙂

J’espère que cette visite vous aura plu!

Nathalie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s